La « blockchain » et ses domaines d’application insoupçonnés

Devenue célèbre depuis la naissance du Bitcoin, la blockchain se définit selon le bitcoinwiki https://fr.bitcoin.it/wiki/Block_chain comme « une base de données partagée entre tous les nœuds participant à un système basé sur le protocole Bitcoin ». La liste des informations enregistrée est protégée contre la falsification et la modification par les nœuds de stockage.

Le Bitcoin, première grande application de la Blockchain

Dans le protocole Bitcoin, la blockchain est un registre des transactions constitué d’une suite de blocs de transactions. La validation des blocs et donc des transactions est réalisée par un ensemble de mineurs qui mettent à contribution leur ordinateur pour réaliser les calculs nécessaires. Le Bitcoin repose sur un algorithme de preuve de travail qui consiste à dissuader les attaques par déni de service (qui visent à rendre indisponible un service ou d’empêcher son utilisation par les utilisateurs) ou le spam. La blockchain représente une véritable révolution car elle s’appuie sur un modèle de confiance totalement différent de celui dont nous avions jusqu’à maintenant l’habitude. En effet, pour les transactions par exemple, il était jusqu’à l’invention du Bitcoin, nécessaire de faire confiance à un organisme, généralement une banque. Aujourd’hui, la Blockchain est une technologie particulièrement porteuse qui repose sur le principe de la décentralisation et qui permet donc de s’affranchir de la confiance en un organisme quelconque. De ce fait, les domaines possibles des applications de la Blockchain sont vastes. Ils concernent toutefois essentiellement ceux dans lesquels la confiance joue un rôle crucial.

Les banques

La Blockchain intéresse de nombreux secteurs et en particulier les banques. C’est ce que nous pouvons constater jour après jour. Le 29 septembre dernier, treize banques ont rejoint le projet de la start-up américaine R3 CEV (http://r3cev.com/ ). Elles sont désormais vingt-deux parmi lesquelles on retrouve la Société Générale, la Bank of America, Citi, Barclays, UBS ou encore Commerzbank. Le projet en question vise à reprendre le concept de la Blockchain en l’adaptant au monde des banques afin de trouver des applications commerciales pour le secteur financier. Selon les premières prévisions, une révolution du secteur est attendue d’ici cinq à dix ans.

L’Internet des Objets et les services télécoms

Toujours en septembre, le fonds d’investissement d’Orange, Orange Digital Ventures, a annoncé sa participation au financement de la start-up Chain https://chain.com/ . L’objectif du groupe spécialisé dans les télécommunications ? Pouvoir utiliser la technologie Blockchain pour l’Internet des Objets et les services télécoms. Sur son site, Chain explique concevoir la Blockchain non pas simplement comme une technologie mais comme une stratégie. Elle a ainsi atteint un financement de 30 millions de dollars provenant de grands groupes parmi lesquels on retrouve également Citi mais aussi VISA et Nasdaq.

Le foncier et l’immobilier

Un autre usage innovant de la Blockchain, cette fois issu d’une initiative du Honduras, concerne le suivi des titres fonciers. En mai dernier, le Gouvernement du Honduras se penchait déjà sur un accord avec Factom Inc., une entreprise texane dédiée aux nouvelles applications de la Blockchain. Le but est de développer un outil de cadastre numérique à l’échelle nationale. L’entreprise Epigraph, également texane, fait partie de l’accord, et doit travailler quant à elle sur de nouvelles solutions pour enregistrer en ligne des titres pour des organisations nationales ou transnationales. D’après le président de Factom Inc., Peter Kirby, l’introduction d’un nouveau système de gestion des titres fonciers basé sur la Blockchain a un intérêt très marqué pour la nation, le Honduras étant un pays où les fraudes aux titres de propriété sont très élevées. Il explique ainsi que « la base de données du pays était en fait tout simplement victime de piratages. C’est-à-dire que des bureaucrates pouvaient y pénétrer puis s’attribuer d’eux-mêmes des propriétés en bord de mer en modifiant le cadastre… ». Un modèle de base de données semblable à la Blockchain pourrait donc assurer la protection des contrats, des hypothèques et des droits miniers, tout en freinant la corruption dans ce secteur. Des start-ups comme Bitproof https://bitproof.io/ ou Blocknotary http://www.blocknotary.com/ s’intéressent également à la gestion des actifs immobiliers, rendant obsolète le rôle d’un notaire dans l’authentification d’un acte d’achat.

Authentification d’œuvres d’art

L’art est un secteur dans lequel transite également beaucoup d’argent notamment lors des achats de tableaux ou d’objets chargés d’histoire. La falsification et les tentatives de fraudes n’en sont que d’autant plus nombreuses. Il aurait donc été curieux que la technologie de la Blockchain ne soit pas mise à profit dans ce domaine. La start-up Verisart http://www.verisart.com/ est actuellement en train de référencer l’ensemble des œuvres d’art présentes sur le marché. La société souhaite pouvoir numériser et authentifier chacune d’entre elles, en permettant une traçabilité des œuvres. La signature numérique de chaque œuvre d’art contiendra également une information sur le prix et des métadonnées qui faciliteront notamment sa classification et les recherches des collectionneurs. Plus généralement, ce concept pourrait être repris pour l’art et toutes les créations, afin de ne plus laisser des œuvres sans artiste et d’apporter un moyen fiable d’authentification.

Identification des personnes

En France, des grands groupes comme Safran s’intéressent à l’étude de protocoles s’inspirant de la Blockchain pour des applications biométriques telles que l’identification biométrique. On notera également la présence de la plateforme d’identité ShoCard http://www.shocard.com/ . Il s’agit d’une identité numérique qui protège la vie privée des clients et qui est compatible avec les mobiles. Sur son site, la plateforme explique pouvoir protéger et vérifier des identités en utilisant une clé d’encodage public / privé avec diverses clés et une fonction de hachage des données, entre autres.

Les domaines d’application de la Blockchain sont pratiquement illimités. De très nombreuses entreprises se tournent aujourd’hui vers cette technologie pour l’adapter à leur secteur d’activité.

Vous faites le buzz !

lebuzzdubiz

Author

lebuzzdubiz

Up Next

Related Posts

Discussion about this post