Salvador : le Bitcoin ? Non, merci

La cryptomonnaie ne suscite pas d’engouement particulier dans le pays depuis son adoption à marche forcée comme devise officielle parallèlement au dollar américain. En cause, sa volatilité et une population qui n’y comprend pas grand-chose.

Nayib Bukele Ortez, le président geek du Salvador a pris tout le monde de court l’année dernière en annonçant en juin son intention de faire du Bitcoin, une monnaie légale dans le pays. Trois mois plus tard, la mesure était entérinée par un parlement aux ordres, faisant de l’État salvadorien le premier au monde à adopter le roi des cryptomonnaies comme devise légale. Il faut dire que l’ancien propriétaire de boîte de nuit réputé autoritaire s’est employé à mettre au pas les institutions judiciaires de son pays depuis son arrivée au pouvoir en 2019, pourtant sur fond de promesse d’éradication de la corruption.

Rien ne semble lui résister quand une idée lui trotte la tête. Peu lui chaut que cela semble improbable à réaliser. Comme c’est le cas avec le Bitcoin dont il a décidément fait une obsession. « Elle va changer le monde et le visage du Salvador », a-t-il l’habitude de vanter au sujet de cette cryptodevise à laquelle toutes les vertus sont attribuées.

Manque d’engouement

Mais en dehors des cercles avisés sur la question, peu de Salvadoriens sont enthousiastes sur le sujet. Un sondage cité par le Wall Street Journal (WSJ) révèle d’ailleurs que 70% de la population ne font toujours pas confiance à la décision de l’État d’instaurer le Bitcoin comme monnaie légale. Son intervention dans les transactions quotidiennes reste de fait rare. Ce peuple d’Amérique centrale dépendant largement de l’économie informelle préfère encore son bon vieux dollar américain, ayant toujours cours légal dans le pays. Cette devise adoptée depuis plus de deux décennies leur semble plus sûre que le Bitcoin dont une grande majorité, les analphabètes en l’occurrence, ne comprend rien. Par-dessus tout, le Salvadorien aime toucher du doigt son argent, à en croire Danilo Martínez, opérateur de ligne de taxi à San Salvador, la capitale, cité par le WSJ.

Obligation adossée au Bitcoin

Alors que le FMI multiplie les cris d’orfraie, Nayib Bukele avance ses pions sur le Bitcoin. Il a ainsi promis la création d’une ville entière dédiée au minage de la monnaie virtuelle. L’autre grand projet auquel s’attellent le président quadragénaire et sa fratrie de conseillers vise à lever un milliard de dollars d’obligations en Bitcoin en mars prochain. Une hérésie selon les institutions de Bretton Woods.

Vous faites le buzz !

Rokhya Chidid

Author

Rokhya Chidid

Up Next

Related Posts