Interview de Didier Granilic, directeur général du groupe HD Media

Le fondateur du groupe de presse spécialisée, HD Média GROUPE, Didier Granilic, a accepté de répondre à nos questions sur le secteur en crise de la presse papier, sur les solutions pour la traverser, et sur son cœur de métier, la décoration.

Le Buzz du Biz : Dans un secteur frappé de plein fouet  par la révolution numérique, votre société d’édition de magazines tient le coup. Comment expliquez-vous cela ?

Didier Granilic : Deux mots me viennent à l’esprit pour expliquer le succès des titres du groupe, malgré le contexte peu favorable : hyperspécialisation et diversification.

Le choix de magazines haut de gamme et hyperspécialisés permet de placer nos magazines comme les références de ces secteurs spécifiques et donc de séduire les annonceurs par l’aspect ciblé et qualitatif de notre audience, essentiellement professionnelle.

-LBDB : Vous évoquez aussi une diversification ?

DG : En effet… mais à ce sujet, je parlerais plutôt de segmentation, pour être précis. Quand j’ai lancé le premier numéro de Maison Actuelle, il y a maintenant près de 10 ans, je ne pensais pas qu’il serait suivi, en si peu de temps, par plusieurs autres titres encore plus pointus.

En fait, nous avons créé les revues suivantes, Déco Mag, Maison & Jardin actuels, ainsi que Cheminée actuelle, dans le souci de cibler avec encore plus de précision notre audience : un spécialiste des cheminées sera forcément sensible à un magazine dédié à son métier et un constructeur de cheminées préfèrera que sa publicité soit lue par un artisan spécialisée.

Du côté du lecteur comme de l’annonceur, cette diversification est en fait au service de l’hyper spécialisation dont je parlais un peu plus tôt. D’où l’emploi plus approprié du terme segmentation.

-LBDB : Le choix d’un secteur particulier et très porteur en France, la décoration, peut-il expliquer le succès d’audience de vos revues ?

DG : En effet, la décoration est l’une des filières qui a le moins souffert de la crise, en particulier en France. Chaque Français dépense un budget annuel de 400 euros dans le secteur de la décoration, qui représente entre 16 et 24 milliards d’euros de chiffre d’affaire par an. Le tout avec une croissance annuelle estimée entre 3 % et 5 %. C’est forcément plus facile pour nous, dans ce contexte, de générer du business.

Je sais que d’autres éditeurs parviennent à tirer leur épingle du jeu sur des thématiques très différentes, mais en ce qui nous concerne il est clair que la décoration est le secteur qui correspond à notre modèle économique.

-LBDB : Le format papier est-il emmené à disparaitre au profit de medias 100% numériques

DG : Je ne pense pas et heureusement ! Comme pour les livres, il existe un lien quasi sacré entre l’homme et le papier, que le numérique ne pourra pas détruire. Il sera toujours plus agréable de lire en tournant des pages que sur un écran lumineux. D’ailleurs l’une des forces de nos magazines vient de ce décalage : les lecteurs attendent une revue élégante et tendance haut de gamme, avec des illustrations à occuper le souffle et un papier de grande qualité. La comparaison dans le confort de lecture comme dans la perception de ce qui est lu sera toujours à notre avantage. De toute façon, je ne crois pas que tous ces médias soient étanches les uns envers les autres. Aux contraires, ils peuvent s’enrichir mutuellement. Nous avons par exemple lancé des applications mobiles de tous nos magazines, qu’elles mettent en valeur et qui s’avèrent particulièrement complémentaires. De la même manière, certains médias en ligne publient des numéros spéciaux sur papier, de manière occasionnelle, afin de générer une source de revenu supplémentaire et d’apporter une plus-value à leur travail.

Vous faites le buzz !

lebuzzdubiz

Author

lebuzzdubiz

Up Next

Related Posts