Néo-banque : N26 va taxer les dépôts de ses nouveaux clients supérieurs à 50 000 euros

 

Pour ne pas avoir à payer à leur place auprès de la Banque centrale européenne (BCE), la néo-banque allemande N26 a décidé de taxer les dépôts de ses nouveaux clients supérieurs à 50 000 euros. C’est une première en France, pour un établissement de ce type.

Depuis cette semaine, la néo-banque allemande N26 (1,6 million d’abonnés en France) taxe les dépôts de ses clients qui détiennent plus de 50 000 euros sur leur compte, ouvert après le 19 octobre 2020. N26 prélèvera précisément 0,5% de frais sur les soldes dépassant 50 000 euros. Par exemple : si l’encours sur le compte atteint 60 000 euros, la néo-banque fait payer 50 euros de frais (10 000 euros x 0,5%). « Ces frais sur les dépôts sont calculés chaque mois rétroactivement et facturés mensuellement », précise N26.

L’Espagne et le Portugal pas concernés

Contactée par Moneyvox, N26 explique que cette facturation vise à « répercuter les coûts d’exploitation de nouvelles fonctionnalités », qu’elle introduit. Cette taxation concerne l’ensemble des marchés où le groupe opère sauf en Espagne et au Portugal. Dans ces pays, la réglementation n’autorise pas de telle pratique. « Nous serons proactifs avec nos clients pour les alerter quand leur solde pourrait se rapprocher des 50 000 euros afin de leur conseiller des solutions pour éviter de devenir tributaire de ces frais », indique toutefois N26. La néo-banque assure que ce prélèvement ne s’appliquera qu’à une partie infirme de sa clientèle.

Avec cette initiative, N26 devient la première néo-banque en France à taxer les dépôts excédentaires de ses clients, pour ne pas avoir à payer à leur place auprès de la Banque centrale européenne (BCE). Celle-ci a décidé, en juin 2014, que les banques payent au guichet de Francfort pour garder leurs dépôts. Mais tout se complique en septembre 2019 quand le taux d’intérêt est passé de 0,40 % à –0,50 %.

Une pratique qui se répand chez les banques traditionnelles

Avant N26, plusieurs établissements ont pris cette mesure. Il s’agit notamment des banques suisses et des banques privées, à la clientèle très aisée, comme Lombard Odier qui annonçait en octobre 2019 vouloir taxer les encours supérieurs à 1 million d’euros. Selon une enquête du quotidien allemand Süddeutsche Zeitung, auprès de 180 institutions, une centaine de banques ont déclaré appliquer un taux d’intérêt négatif aux grandes entreprises et à leurs clients riches.

Vous faites le buzz !

Tim Q

Author

Tim Q

Up Next

Related Posts