Confidences : ce que les hommes ressentent au moment de la pénétration

Les femmes se sont toujours demandé ce que ressentent les hommes au moment de la pénétration. Mais elles hésitent généralement à leur poser la question, par pudeur. Les hommes également sont peu loquaces sur ce sujet, pour la même raison. Le sexothérapeute Sébastien Landry, a recueilli de précieuses confidences auprès d’une poignée d’hommes, qui ont bien voulu en parler.

Pour le compte de Doctissimo, le sexothérapeute Sébastien Landry a récolté le témoignage intime de quelques hommes sur la sensation qu’ils éprouvent au moment de pénétrer une femme ou quand ils sont déjà en elle. « Fourmillements de plaisir », « une sensation de fusion qui domine », « je me sens puissant », sont quelques mots employés par eux.

L’excitation à son summum au seuil du vagin

L’un des hommes interrogés se prénomme Xavier, 27 ans. Il trouve son plaisir, comme la plus part des hommes d’ailleurs (surtout pour les nouvelles conquêtes), dans le premier contact entre les deux sexes. « Mon moment préféré, dit-il, c’est le seuil, juste quand j’entre en elle. C’est tellement doux, une promesse de chaleur. Je ressens comme des fourmillements de plaisir, c’est fugace, mais intense ». Sébastien Landry explique cette impression par le fait que « les sensations au niveau du gland sont intenses. La texture des lèvres du sexe féminin est si douce, délicate. Le passage de ce seuil peut s’accompagner d’un pic d’excitation très élevé, et provoquer pour certains l’éjaculation». L’adrénaline faisant le reste.

Si Xavier anticipe la jouissance promise, Julien, 43 ans, lui goûte à l’extase dans l’étreinte, pendant les coups de reins. « Je me sens enlacé, serré, quand ma partenaire contracte ses muscles autour de moi, c’est une sensation unique, qui m’excite », assure-t-il. Le sexologue confirme qu’effectivement un homme peut éprouver une sensation totale, un enlacement, quand la verge est bien enserrée. « C’est pourquoi les hommes recherchent des femmes avec un périnée tonique, qui leur donne un plaisir plus grand. Et plus encore au niveau du gland, qui est hypersensible », explique Sébastien Landry.

« En elle, je me sens puissant »

Alexis, 40 ans, lui préfère quand son « sexe vient taper au fond, avec un effet butoir… C’est difficilement explicable, cette sensation d’aller profond, et d’être accueilli. Ça bute mais c’est doux ». Si le plaisir est ineffable, il trouve au moins une explication. D’après Sébastien Landry, il « provient des terminaisons nerveuses du gland, une importante source de jouissance ».

Evoquons enfin le témoignage de Maxime, 32 ans, qui parle plutôt de virilité. « Avec mon pénis, je fais des miracles, je sais m’y prendre avec les femmes, et en elle, je me sens puissant. Je leur donne beaucoup de plaisir et ça m’excite ». La puissance, nous y sommes ! C’est le sentiment qui domine le plus chez les hommes, une fois la femme domptée. Cette toute puissance phallique est exacerbée quand le « mâle » possède un impressionnant bazouka et que sa partenaire pousse des cris jouissifs.

 

Vous faites le buzz !

Paul Bangoura

Author

Paul Bangoura

Up Next

Related Posts