Commission européenne : Margrethe Vestager favorite à la succession de Jean-Claude Juncker

 

La Danoise libérale Margrethe Vestager fait partie des candidats déclarés pour succéder à Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission européenne, avec l’Allemand Manfred Weber, pour la droite, et le social-démocrate néerlandais Frans Timmermans.

La candidate du consensus ?

La Danoise, actuellement commissaire européenne à la Concurrence, serait la favorite des eurodéputés français du parti du président Emmanuel Macron, LREM, qui a rejoint le groupe des libéraux. Si Margrethe Vestager n’est pas le choix d’Angela Merkel, qui lui préfère son compatriote du PPE Manfred Weber, elle pourrait devenir la candidate du consensus. En effet, le président français refuse la nomination de Manfred Weber, qui n’aurait pas assez d’expérience, tandis que la chancelière allemande ne veut pas entendre parler de Michel Barnier, une option de la France.

Pour sa part, Margareth Vestager estime que le poste devait revenir à une femme et tout le monde semble être d’accord avec cette assertion. Mais qui est cette femme politique danoise qui pourrait bientôt devenir la présidente de la Commission européenne ?

Marguerite Vestager a de l’expérience

Margareth Vestager est née le 13 avril 1968 à Glostrup, au Danemark, de pasteurs luthériens. En 1993, elle est diplômée en économie de l’université de Copenhague et intègre ensuite le ministère des Finances, où elle accomplit, pendant cinq ans, la totalité de sa carrière. Mariée à un professeur de mathématiques, elle a avec lui trois enfants et sait parler français en plus de l’anglais, un atout pour le poste de président de la Commission européenne (Frans Timmermans est également polyglotte). Réélue députée en 2005, elle prend la direction de la RV et de son groupe parlementaire en remplacement de Marianne Jelved. Le 3 octobre 2011, Margareth Vestager est nommée ministre des Affaires économiques et de l’Intérieur dans le gouvernement de centre gauche de Helle Thorning-Schmidt. Elle a donc de l’expérience contrairement à l’eurodéputé Manfred Weber qui n’a jamais occupé en seul poste ministériel en Allemagne.

La « Tax Lady de l’UE »

Depuis 2014, la danoise est la commissaire européenne à la concurrence. Véritable « star de Bruxelles », mais aussi figure d’épouvante pour certains groupes, dont ceux du numérique, Margareth Vestager se fera remarquer par son inflexibilité. Elle sera sans pitié pour les GAFA, parmi lesquels Apple à qui elle impose, en 2016, de rembourser à l’État irlandais la somme record de 13 milliards d’euros au titre d’« aides d’État » contraires au droit européen de la concurrence. Google fera également les frais de la « dame de fer », puisqu’en 2017, elle inflige au géant du web une amende de 2,42 milliards d’euros, pour abus de position dominante de son moteur de recherche pour donner un avantage illégal à son propre service de comparateur commercial, en violation de la législation antitrust européenne. Cette intransigeance, lui vaudra de la part du président américain Donald Trump, le qualificatif de « Tax Lady », entend par là, la « Demoiselle de la taxe ». C’est tout un honneur au moment où Washington veut croiser le fer avec Bruxelles.

 

Vous faites le buzz !

Tim Q

Author

Tim Q

Up Next

Related Posts