China Rare Earth Group, moteur du potentiel de croissance des terres rares

Le marché mondial des terres rares devrait croitre de 10,2 % entre 2022 et 2026 pour atteindre une valorisation de 7,3 milliards de dollars américains, contre 3,5 milliards de dollars américains en 2020. Principale productrice de ces minéraux, la Chine est attendue pour capter l’essentiel de cette importante manne, après avoir créé en décembre 2021 un géant du secteur baptisé China Rare Earth Group.

D’après un rapport de Data Bridge Market Research, rend public en avril dernier, le marché mondial des terres rares devrait enregistrer une croissance annuelle de 10,63 au cours de la période de prévision de 2022 à 2028. Sa croissance sera multiplié par 2 avec un TCAC de 10,2 % entre 2022 et 2026 pour atteindre une valorisation de 7,3 milliards de dollars américains, contre 3,5 milliards en 2020. L’éditeur précise que les aimants permanents représenteront plus de 80 % la production mondiale de terres rares. Actuellement, ils s’accaparent seulement de 30% du volume.

Hausse de la consommation en produits tech

Cette hausse des parts des aimants repose sur une croissance de la consommation des véhicules électriques. Les ventes seront multipliées par dix d’ici à 2030 pour atteindre 32 millions d’unités. Il y aura également une forte progression de la demande de produits électroniques grand public (smartphones, téléviseurs, etc.), ainsi que de technologies d’éoliennes. Le rapport prévoit 40 GW par an de nouvelles installations sur terre et 228 GW en offshore d’ici dix ans. Ceci grâce au lancement de nombreux projets en Europe dans un contexte de transition énergétique.

A ces usages s’ajoutent une augmentation de l’utilisation des équipements médicaux (stimulateurs cardiaques, appareils d’IRM, pompes à insuline, appareils d’apnée du sommeil, etc.), des armements (système radars et système de guidage, laser, etc.) et des appareils pour les projets aérospatiaux. L’autre partie de la production de terres sera absorbée par les semi-conducteurs qu’on retrouve dans de nombreux produits de haute technologie. Parmi lesquels l’ordinateur, la tablette, le smartphone, les jeux vidéo, le matériel médical, etc.

Un mastodonte nommé China Rare Earth Group

Data Bridge Market Research souligne que les principaux bénéficiaires de la croissance du marché des terres rares seront essentiellement des groupes australiens et chinois, leaders du secteur. La Chine, en particulier, pèse 70% de ce secteur. Un quasi-monopole qui a diminué ces dernières années car il s’élevait à 90% au début du millénaire.

Pékin dervait capter une bonne partie des 7,3 milliards de dollars américains annoncés grâce à China Rare Earth Group, un mastodonte qu’il a fondé en décembre 2021. Né de la fusion des principaux exploitants du sud du pays (Minmetals Rare Earth, Chinalco Rare Earth & Metals, China Southern Rare Earth Group) et de deux sociétés de recherche (Ganzhou Zhonglan Rare Earth New Material Technology et Jiangxi Ganzhou), cette méga-entreprise représente 62% de la production nationale.

Une multiplication des projets dans la transition énergétique

Elle a reçu pour mission de stabiliser les approvisionnements locaux et étrangers, ainsi quede  revaloriser les prix. Ceux-ci étaient jusqu’alors éclatés et bas de gamme en raison de la concurrence féroce entre acteurs nationaux. Le conglomérat doit aussi et surtout permettre à Pékin de détenir un plus grand pouvoir de pression dans les futures négociations commerciales avec Bruxelles et Washington. En effet, l’Union européenne et les Etats Unis dépendent respectivement à 90 et 80% des approvisionnements chinois. Ils en ont besoin pour leur industrie de pointe et leur transition énergétique. Dans les prochaines années, ils multiplieront les projets dans ces domaines. Ce qui profitera grandement à la Chine, leur principal importateur.

Vous faites le buzz !

Tim Q

Author

Tim Q

Up Next

Related Posts