Apple met fin au pistage publicitaire des utilisateurs sur ses appareils

La marque à la pomme a décidé de restreindre la capacité des applications présentes sur son écosystème à traquer les utilisateurs d’iPhone dans un but publicitaire. Une nouvelle démarche pour le respect de la vie privée qui ne fait pas que des heureux.

Tim Cook est passé à l’acte malgré les états d’âme de Facebook et ses pairs avides des données personnelles de leurs utilisateurs. Annoncé depuis plusieurs mois, le suivi publicitaire connaît une nouvelle dimension sur les appareils mobiles d’Apple depuis le 26 avril dernier et le déploiement d’IOS 14.5. Avec cette nouvelle version du système d’exploitation de la firme californienne, les utilisateurs peuvent désormais décider grâce à l’App Tracking Transparency (ATT), avec quelle application partager des informations sur leur profil à des fins publicitaires.

Concrètement, cela suppose que les détenteurs d’iPhone par exemple, ont le choix de laisser des applications collecter ou non leurs goûts, leurs fréquentations sur le web, ce qu’ils écoutent entre autres dans un objectif purement commercial. Pour ce faire, il suffit à l’utilisateur de mettre à jour son smartphone. La nouvelle mise à jour effectuée, il voit apparaître sur son écran, à l’ouverture d’une application habituée à pister les utilisateurs, une demande explicite d’autorisation à cet effet. Choisir la mention « ne pas autoriser » empêche cette application de partager l’identifiant publicitaire de l’utilisateur avec des entreprises dédiées.

Les publicitaires en colère

Apple marque là un point non-négligeable. La firme de Tim Cook qui a toujours érigé le respect de la vie privée de ses utilisateurs en valeur cardinale se paye une bonne publicité avec l’ATT. Sur sa page YouTube, elle l’explique d’ailleurs fort opportunément. « Votre information est à vendre », « vous êtes devenus des produits » ou encore « l’ATT, une fonctionnalité qui ramène vos données sous votre contrôle » sont entre autres éléments de langage utilisés dans cette séquence vidéo.

Apple se paye également la tête de nombreux publicitaires et autres géants du web dont le modèle économique est fondé sur l’exploitation des données. C’est le cas notamment de Facebook qui s’était déjà montré réfractaire quant au déploiement de l’ATT il y a quelques mois quand Apple l’envisageait. L’entreprise de Mark Zuckerberg n’avait pas hésité à attaquer le constructeur d’iPhone de front dans la presse. L’enjeu est de taille pour le réseau social qui revendique en 2020, 84 milliards de dollars de revenus publicitaires.

Certaines applications imaginent d’ailleurs déjà des moyens de contournement de ce blocage de suivi publicitaire d’Apple. Quitte à risquer une exclusion de l’App Store ?

Vous faites le buzz !

Rokhya Chidid

Author

Rokhya Chidid

Up Next

Related Posts