Sexualité : Pratiquer des fellations réduirait le risque de fausses couches, mesdames !

Une nouvelle étude réalisée au Pays-Bas suggère que les femmes pratiquant des fellations à leurs partenaires ont moins de risque de fausses couches que celles qui ne les pratiquent pas. Les résultats doivent être maintenant confirmés par des organismes reconnus.

La fellation ou l’art de donner plus de chance au fœtus

Existe-t-il une corrélation entre les fellations et les fausses couches ? C’est ce que suggère une étude réalisée par une association aux Pays-Bas. Selon les résultats de cette étude, les femmes pratiquant la fellation avec leurs partenaires sont moins exposées aux fausses couches que celles qui ne la pratiquent pas. Pour en arriver à cette conclusion, les scientifiques du Centre hospitalier universitaire de Leiden (Pays-Bas) ont recruté deux groupes de femmes. Le premier est constitué de 97 participantes de moins de 36 ans et ayant eu trois fausses couches consécutives et inexpliquées avant 20 semaines de grossesse, avec le même partenaire. Le second comprend 137 femmes n’ayant eu aucune fausse couche durant leurs grossesses. Les scientifiques ont ensuite invité chacune de ces volontaires à remplir un questionnaire portant sur leurs habitudes ou pratiques sexuelles, leur santé et leur mode de vie.

A l’issue de cet exercice, les chercheurs ont constaté que 72,9% des femmes du deuxième groupe pratiquaient la fellation contre 56,9% pour celles du premier groupe. Ce qui signifie que les femmes qui font du sexe oral sont moins exposées aux fausses couches que celles qui ne le font pas.

Des études antérieures avaient déjà perçu ce rapport

Maintenant il faudra que ces résultats soient confirmés par des organismes reconnus afin qu’ils aient du crédit. En attendant la validation de cette étude, il faut souligner que des enquêtes antérieures abondent dans le sens des chercheurs du Centre hospitalier universitaire de Leiden. En effet, des recherches ont établi un certain lien entre le rôle du système immunitaire de la femme durant la grossesse et les fausses couches à répétition. Le système immunitaire de la femme enceinte a tendance à éliminer tout corps « étranger », dont le fœtus, fruit d’un sperme arrivé par voie vaginale. Or il est plus « tolérant » envers une exposition orale au sperme et/ou au liquide séminal masculin.

Si cette étude venait à être validée, elle pourrait être perçue par certaines gens comme une autre expression du machisme des hommes…La science devenant du coup le complice de l’homme. En tout cas, on en connaît qui ne vont pas se gêner !

 

Vous faites le buzz !

Tim Q

Author

Tim Q

Up Next

Related Posts