Parler fait de la résistance

Le réseau préféré des partisans de l’ancien président américain, Donald Trump, est de nouveau actif un peu plus d’un mois après son blocage par Google, Apple et Amazon. Si on ignore pour l’heure, ses contours, ce retour en ligne témoigne de la volonté des responsables de Parler de s’élever contre toute tentative visant à les réduire au silence.

Ses détracteurs croyaient s’en être débarrassés pour de bon. Mais à peine un mois après son bannissement de Google, Apple et Amazon, Parler renaît de ses cendres. Le réseau social basé au Nevada a annoncé lundi 15 février 2021, son retour en ligne, au grand bonheur de ses millions d’utilisateurs affiliés pour la majorité à l’extrême droite américaine. Ces derniers, supporters indécrottables de Donald Trump, ont fait du réseau social créé en 2018 leur plateforme favorite. Parler avait été bloqué dans le sillage des événements intervenus le 6 janvier dernier au Capitole. Les trois géants Google, Apple et Amazon avaient en effet accusé le réseau social de microblogging d’avoir servi aux partisans de l’ancien président américain, de par sa politique de régulation laxiste, à préparer l’attaque du Congrès soldée par au moins cinq morts.

Un retour aux contours flous

Pour ses responsables, ce retour en ligne du réseau social est un pied de nez à ceux qu’ils qualifient de pourfendeurs de la liberté d’expression. Reste que les contours ce comeback sont encore flous. En effet, on ne sait pas pour combien de temps cela va durer. Car si les utilisateurs peuvent s’enorgueillir de ce redémarrage, ils ne peuvent pas tous en profiter, du moins pour le moment. Seuls ceux qui disposaient déjà de l’application sur leur smartphone peuvent utiliser le réseau social en raison de son bannissement des plateformes de téléchargements de Google (Play Store) et Apple (App Store). Il est également impossible pour les utilisateurs de récupérer les anciens contenus publiés sur le réseau social.

Par ailleurs, Parler qui a trouvé refuge chez l’hébergeur SkySilk Cloud selon ce dernier, ne s’est pas exprimé sur les griefs lancés à son encontre par ses détracteurs. Le réseau social est très attendu sur les réformes à mettre en place concernant sa politique de régulation décriée. Surtout après l’évincement de son ex-patron John Matze qui a sans doute pâti de la disparition de la plateforme du web en janvier dernier.

Parler doit en outre répondre des accusations de nombre d’élus américains qui entendent faire éclaircir son rôle dans l’insurrection meurtrière du Congrès.

 

Par ailleurs : Arnaud de Puyfontaine, parrain de la promotion Grande Ecole 2023

Vous faites le buzz !

Rokhya Chidid

Author

Rokhya Chidid

Up Next

Related Posts