Marché : Les bourses débutent dans l’optimisme après des européennes mi-figue mi-raisin

 

Les bourses européennes commencent la semaine avec un brin d’optimisme malgré des élections européennes qui ont vu une percée des eurosceptiques. Londres et Paris ont progressé ce matin de 0,7%, quand Francfort s’envolait à 0,8%.

Les bourses européennes débutent la semaine dans la bonne humeur (+0,7% à Londres et à Paris, +0,8% à Francfort), après des européennes marquées par une progression des eurosceptiques. En France, c’est le RN de Jordan Bardella (23,31) qui l’a emporté de justesse sur la liste LREM conduite par Nathalie Loiseau (22,41%à, suivent les écologistes de l’EELV emmenés par Yannick Jadot (13,47%). En Italie et au Royaume Uni, l’extrême droite est également arrivée en tête, avec la Ligue de Matteo Salvini d’un côté (31%) et le Brexit de Nigel Farage de l’autre. Seule l’Allemagne et l’Espagne, parmi les grands d’Europe, ont échappé à la vague eurosceptique.

Ce qu’en pensent les analystes

Ce matin, les investisseurs analyseront plus en détails ces résultats car ils détermineront la composition de la future Commission, elle-même susceptible d’influencer la nomination du prochain président de la BCE. En attendant, Commerzbank estime que « les résultats des élections européennes constituent la poursuite de tendances problématiques » et pense que ceci « va rendre encore plus difficile de trouver des majorités dans l’UE, et grever les discussions commerciales avec les Etats-Unis, qui vont probablement finir par imposer des droits de douanes dans l’automobile ». En outre, la banque allemande souligne que « La bonne performance de la Ligue italienne va intensifier le conflit budgétaire avec l’UE, et en Allemagne, après les lourdes pertes du SPD et de la CDU, l’incertitude sur l’avenir de la coalition gouvernementale s’accroit ».

Pour les analystes de Danske Bank, les résultats des européennes font entrevoir une intrigue digne d’un épisode de « Game of Thrones » pour la conquête d’une majorité claire au Parlement européen. La banque danoise note ce matin qu’« Il ne s’agit pas d’un grand catalyseur, mais, dans l’ensemble, nous nous attendons à ce que les marchés financiers réagissent favorablement à ces élections ».

Cette nouvelle semaine s’annonce malheureusement très pauvre en rendez-vous. Il faudra attendre la semaine prochaine pour connaître l’évolution du Brexit, et surtout le nom du successeur de Theresa May. Sont aussi attendues l’annonce des indices du sentiment économique en Europe, de l’inflation en Allemagne et en France et la publication des chiffres de la croissance aux Etats-Unis.

Une potentielle fusion de Fiat Chrysler et Renault

Ce lundi Fiat Chrysler, qui s’envole de près de 12% à Milan en début de séance, a envoyé à Renault une proposition de fusion à 50/50 des deux constructeurs automobiles. L’Italo-américain a précisé que « le nouvel ensemble produirait environ 8,7 millions de véhicules par an », tout en prévoyant « des synergies annuelles supplémentaires estimées dépassant les cinq milliards d’euros, au-delà de celles de l’Alliance ».

Le groupe Lagardère et M6 annoncent, quant à eux, avoir signé le contrat de cession du pôle télévision du groupe Lagardère (hors Mezzo).

Schneider Electric dit, lui, avoir finalisé la cession de son activité Pelco à Transom Capital Group, une société américaine de capital-investissement.

Vous faites le buzz !

Tim Q

Author

Tim Q

Up Next

Related Posts