Italie : un couvent ferme après que la mère supérieure soit tombée amoureuse

 

Un couvent situé à Sansepolcro, en Toscane (Italie) a dû fermer ses portes après que la mère supérieure soit tombée amoureuse d’un habitant des environs. Les trois autres sœurs ont déclaré qu’elles ne pouvaient plus prendre en charge l’ensemble des activités du monastère.

Il n’est jamais trop tard pour aimer

Ne dit-on pas que la chair est faible ? Maria Teresa Saccente, la mère supérieure du monastère de Sanselpolcro en Toscane (Italie), avait juré fidélité à Dieu toute sa vie. Pourtant, il y a quelques jours, elle a dû quitter le couvent et retourner à la vie laïque après être tombée amoureuse d’un homme de la région. La quadragénaire a laissé au couvent trois sœurs, dont deux ont plus de 80 ans, pour s’occuper de la gestion d’environ vingt lits et de plusieurs bungalows destinés aux pèlerins de passage. Ces nonnes devaient aussi gérer la récolte des olives, la célébration des baptêmes ou les mariages organisés au sein du monastère. Tout ce travail était devenu un peu trop pour elles. Le couvent a donc dû fermer.

Le bâtiment, construit au XVIIe siècle et autrefois habité par Pères Capucins, avait été rouvert en 2015 par les religieuses bénédictines Olivetan, après plus de quarante ans d’abandon. Cette nouvelle fermeture surprend de nombreux habitants de Sansepolcro. Généralement, une telle décision est prise par manque de vocation. L’église ne trouvant aucun religieux pour s’occuper des lieux. Mais dans ce cas-ci, la rumeur veut qu’il s’agisse d’une histoire d’amour. Une sœur de plus de 80 ans qui suit son « grand amour » au détriment de Dieu qu’elle a servi toute sa vie…Après tout, il n’est jamais trop tard pour aimer…

La communauté orpheline de sa mère supérieure dévouée

Depuis quelques jours, toute la communauté de Sanselpolcro est triste. La mère supérieure s’en est allée, celle qui a redonné vie à ce lieu cher aux générations de fidèles. Selon les témoignages, elle était toujours enthousiaste et dévouée. Grâce à elle, de nombreuses personnes avaient recommencé à fréquenter le couvent. C’est également Sœur Maria Teresa qui encourageait les retraites spirituelles et les conférences sur la vie contemplative. A présent, tout ceci relève du passé.

Interrogée par un journal local, la sœur Maria Teresa Saccente a dit que cette séparation n’était pas facile pour elle non plus. « Je pleure aussi (…) Cette souffrance me marquera à vie », a-t-elle confié. Quant aux raisons qui l’ont poussée à quitter le couvent toscan, la mère supérieure reste vague. « Les gens disent ce qu’ils avaient envie de dire, mais l’histoire est bien plus compliquée qu’elle n’y paraît », s’est-elle contentée de répondre.

« Le Saint-Siège est intervenu et tout est fini »

L’évêque d’Arezzo, Riccardo Fontana, a confirmé l’histoire en affirmant également avoir vécu les faits. A la question de savoir s’il aurait pu être à l’origine du départ de la mère supérieure, il a indiqué qu’il n’avait pas ordonné à Maria Teresa de quitter la communauté. « Je n’ai rien à voir avec cela, le Saint-Siège est intervenu et tout est fini », s’est-il défendu.

Vous faites le buzz !

Tim Q

Author

Tim Q

Up Next

Related Posts