G20 : Les grandes économies se sont contentées d’assurer le minimum

 

C’était le sommet des grands espoirs, mais les pays industrialisés se sont contentés d’assurer le minimum. La faute aux Etats Unis et à la Chine. Les deux géants économiques, en conflit ouvert depuis des mois sur les questions commerciales, ont littéralement pris en otage le sommet d’Osaka.

Un accord in extremis

Le sommet du G20, qui s’est déroulé ce samedi 29 juin à Osaka au Japon, s’est achevé sur un goût d’inachevé. Les chefs d’État et de gouvernements des pays industrialisés et des grandes économies émergentes sont tout juste parvenus à se mettre d’accord sur une déclaration finale qui intègre à la fois un appel à la défense d’un environnement commercial libre et équitable et au respect de l’accord de Paris sur le climat. Mais, sans surprise, les Etats Unis se sont à nouveau rétractés sur ce dernier point. La seule avancée notable concerne la guerre commerciale que se livrent depuis des mois Américains et Chinois.

Des discussions jusqu’au bout de la nuit

Les discussions les plus ardues ont eu lieu sur le climat. Elles ont duré une bonne partie de la nuit, jusqu’à 5 heures du matin, en raison de la position retranchée des Américains, qui ont tout fait pour que la déclaration finale ne mentionne pas le caractère irréversible de l’Accord de Paris. Les Européens ont jugé cette stratégie « inacceptable », eux qui mettent un point d’honneur sur les questions environnementales.

Sur le commerce, comme l’an dernier à Buenos Aires, les Etats Unis ont réussi à convaincre le G20 de condamner le protectionnisme. Toutefois, les pays industrialisés ont affirmé leur volonté de réformer en profondeur l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

La seule avancée de ce sommet d’Osaka est la trêve signée entre Etats-Unis et Chine. Donald Trump renonce à imposer des droits de douane supplémentaires sur les importations de produits chinois. Washington et Pékin ont également convenu de nouvelles négociations en vue d’un accord.

« Le pire a été évité »

Le président français Emmanuel Macron pense donc que « le pire a été évité. Même si éviter le pire n’est pas suffisant ».

Ce qu’il faut retenir de ce sommet, c’est qu’il a été pris en otage par Donald Trump Xi Jinping, dont les pays sont en conflit ouvert depuis des mois sur les questions commerciales.

Vous faites le buzz !

Tim Q

Author

Tim Q

Up Next

Related Posts