États-Unis : General Motors détrôné par Toyota en 2021

La firme américaine a dû céder sa place du plus grand vendeur de véhicules outre-Atlantique l’année écoulée à la japonaise, en raison d’une conjoncture marquée par la pénurie de semi-conducteurs.

C’est un véritable exploit en dépit des circonstances inhabituelles. Toyota a surpassé, pour la première fois en presque un siècle, son concurrent General Motors (GM) en termes du nombre de véhicules écoulés en 2021 aux États-Unis, selon des données communiquées par chacun des groupes automobiles ce mardi 4 janvier. Elles évoquent 2,332 millions de voitures vendues par la firme japonaise, contre 2,218 millions pour l’Américaine. Soit une différence de 114 000 produits. Un chiffre assez modeste mais qui cache une disparité importante entre les ventes des deux constructeurs automobiles au cours du dernier trimestre de l’an passé notamment.

GM a en effet vu sur cette période, ses ventes reculer de 43%, contre 28% « seulement » pour Toyota. Globalement, l’entreprise de Détroit a bouclé 2021 avec 13% de ventes en moins que l’exercice précédent. Soit 3% de plus que sa concurrente. Avec les autres constructeurs, les véhicules écoulés aux États-Unis se chiffrent à environ 15 millions. C’est mieux que les chiffres de l’année 2020 mais beaucoup moins que ceux de 2019.

Pénuries

C’est dire que la pénurie de semi-conducteurs, un des corollaires de la crise du Covid-19, continue de mettre à mal l’industrie automobile, entre autres. Une situation à l’origine des résultats particulièrement décevants de GM, qui faut-il le rappeler, trônait en tête des ventes aux États-Unis depuis 1931, après avoir ravi la vedette à Ford. À cela s’ajoutent les perturbations de la chaîne d’approvisionnement qui auront contraint le groupe à faire l’impasse sur le lancement de près de 600 000 véhicules, notamment en Amérique du Nord, selon la société de recherche AutoForecast Solutions, citée par Bloomberg.

Malgré ses chiffres en baisse, GM se veut pragmatique. Sa directrice générale Mary Barra préférant mettre en avant la rentabilité plutôt que le volume de produits écoulés. Son porte-parole Jim Cain est allé dans le même sens, ajoutant auprès de Reuters qu’il n’y avait pas de quoi pavoiser pour Toyota.

Tendance durable ?

Toute la question est bien évidemment de savoir si l’avance de ce dernier, depuis plusieurs années en quête d’expansion de sa part de marché aux États-Unis, peut s’inscrire dans la durée. Son vice-président, Jack Hollis, ayant déclaré qu’être numéro 1 n’était pas une priorité. Pour autant, la percée de Toyota dans le milieu de l’automobile est une réalité ces dernières années. Il a ainsi récupéré sa couronne de leader mondial à Volkswagen en 2020.

Vous faites le buzz !

Rokhya Chidid

Author

Rokhya Chidid

Up Next

Related Posts