Anbot : La fourmi robot du désert

Les chercheurs du CNRS et d’Aix-Marseille Université vous présentent Anbot, le robot fourmi du désert. Anbot a la physionomie d’une araignée, mais il est bien inspiré de la fourmi du désert du nom de Cataglyphis.

Une idée sur la fourmi du désert

Son nom scientifique est Cataglyphis, mais appelez-là tout simplement la fourmi du désert. C’est plus facile à prononcer ! Cette fourmi à une particularité qui a intéressé les chercheurs du CNRS et leurs collègues d’Aix-Marseille Université. Cette spécificité est l’élément essentiel du système d’Anbot. Mais qu’elle est-elle cette spécificité ?

En fait, pour sa navigation, la Cataglyphis ne se sert pas de phéromones comme toutes ses cousines, à cause de la chaleur. En guise de compensation à ce déficit de la nature, elle est dotée de capteurs lui permettant de détecter la lumière polarisée et les rayons ultraviolets, invisibles à l’œil humain. Elle exploite donc cette vision, très excellente dans son cas, pour retrouver son nid chaud après une longue journée de chasse. En outre, elle est aussi grand géomètre car elle sait mesurer la distance en comptant ses pas, minutieusement. Ainsi, elle sait exactement où elle se trouve par rapport aux quatre points cardinaux et surtout par rapport à son point de départ, lorsqu’elle veut rentrer.

Même idée pour Anbot

C’est de cette fourmi exceptionnelle que le robot Anbot s’inspire. Un peu comme son modèle naturel, AntBot peut se promener et rentrer seul à la maison automatiquement, sans GPS, ni cartographie. Elle n’utilise que la lumière pour naviguer et se déplacer dans son environnement.

Muni de six pattes avec une mobilité accrue, Anbot est capable de parcourir 14 mètres et de revenir sur ses pas avec une précision au millimètre, comme la Cataglyphis. Cet exploit est en partie dû à l’intégration, dans son système, d’une sorte de compas optique très pointu lui permettant de naviguer avec le concours des rayons ultraviolets polarisés.

Ce à quoi pourra servir Anbot

Les chercheurs du CNRS et d’Aix-Marseille Université espèrent bientôt utiliser la technologie d’Anbot dans les véhicules autonomes et les drones. Son extrême mobilité et son système peuvent aussi servir à créer des robots ultra efficaces dans le domaine de l’exploration de planètes ou de recherches de victimes dans les lieux sinistrés.

Vous faites le buzz !

Tim Q

Author

Tim Q

Up Next

Related Posts