Amazon exporte son modèle de magasins automatisés

Le géant de la vente en ligne dispose depuis le 5 mars 2021 à Londres, d’un centre commercial sans caisses, fonctionnant uniquement à partir d’un QR code que le client fait lire par son smartphone. Une nouvelle illustration de l’importance prise par cette technologie à l’aune de la crise du Covid-19.

Un centre commercial sans caissiers. Ce n’est pas un rêve. L’innovation d’Amazon déjà expérimentée aux États-Unis s’exporte désormais vers le Royaume-Uni. La capitale britannique a en effet accueilli une de ses enseignes du leader mondial du e-commerce le 5 mars dernier. Pour ses courses, le client se contente tout simplement de faire scanner un QR code sur son smartphone à l’entrée. Une fois à l’intérieur du magasin, le coût de chaque produit choisi dans les rayons est déduit du compte de l’acheteur présent sur l’application mobile d’Amazon dédiée à cet effet sur le téléphone du client. Le procédé déjà en cours d’expérimentation dans 20 centres commerciaux aux États-Unis, fonctionne à partir d’une technologie destinée à rendre la machine indépendante.

Le coup marketing derrière cette nouvelle enseigne est certain pour Amazon qui continue de prendre une place prépondérante dans le secteur de la distribution au Royaume-Uni. La pandémie du Coronavirus ayant précipité nombre de ses concurrents dans une crise économique aux conséquences considérables.

Le QR code, cette technologie si utile

Cette initiative de la firme de Jeff Bezos témoigne également du rôle important que le QR code est appelé à jouer dans le cadre de la réouverture des vannes en pleine promotion des gestes barrières. Les espoirs d’une reprise normale des activités économiques et sociales normales dans les prochains mois semblent dépendre énormément de cette technologie créée pourtant il y a plus de 20 ans.

La France compte notamment là-dessus pour faciliter les déplacements du public dans les lieux à forte concentration de personnes. Le gouvernement qui a d’ores et déjà reçu le feu vert de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil), entend adjoindre cet outil à son futur pass sanitaire une fois que les opérations de vaccination auront été achevées. Il s’agit d’une sorte de certificat numérique susceptible d’attester du statut vaccinal d’un d’individu. L’Union européenne doit encore débattre des modalités de sa mise en place sur son territoire, mais nombre d’entreprises spécialisées dans le domaine rivalisent déjà de propositions au gouvernement français. Plusieurs expérimentations sont en effet en cours au sein des hôpitaux et autres services sanitaires.
r

Vous faites le buzz !

Rokhya Chidid

Author

Rokhya Chidid

Up Next

Related Posts