Trump à l’Organisation des Nations Unies

Lors de son discours à l’Assemblée Générale de l’ONU et dans une conférence de presse tenue le mercredi 26 septembre dans la soirée, le président américain a beaucoup surpris. Il a fait rire mais a surtout déranger ses auditeurs, journalistes comme pays membres.

Après avoir mis en avant sa politique dans la péninsule coréenne qui semble jusqu’à présent couronnée de succès, les relations entre Pyongiang, Séoul et Washington s’étant grandement améliorées, Donald Trump s’en est violemment pris à l’Iran. Il a déclaré que « nous ne pouvons pas permettre au principal soutien du terrorisme dans le monde de posséder les armes les plus dangereuses de la planète », de « menacer l’Amérique » afin d’insister sur l’isolation économique du pays : « nous demandons à toutes les nations d’isoler le régime iranien tant que son agression se poursuit ».

Il a poursuivi son intervention évoquant le Venezuela qui vit actuellement une crise économique importante plaçant sur les chemins de l’exil deux millions d’habitants. Sur ce dossier il s’est abstenu d’évoquer les suspicions qui entourent son administration dans le récent attentat contre le président Maduro ou le rôle des tentatives d’embargos américains sur les problèmes économiques vénézuéliens.

Sur la Syrie, le président a maintenu le cap promettant une réponse en cas d’utilisation d’armes chimiques par Bachar el-Assad avant d’affirmer que ce dernier « pille les ressources de leur nation ». Sur le dossier chinois, il a réaffirmé la justesse de sa politique de « l’Amérique d’abord » et les attaques économiques menées contre Pékin. Enfin, il s’en ait violemment pris à a court pénale internationale déclarant que « les Etats-Unis n’apporteront aucun soutien ou reconnaissance à la CPI ».

 

 

 

Vous faites le buzz !

lebuzzdubiz

Author

lebuzzdubiz

Up Next

Related Posts