Loyers trop chers : 42% de locations illégales à Paris !

Une étude menée par une association de consommateurs révèle que près de la moitié des appartements de la capitale française sont loués plus cher que la limite autorisée.

Plusieurs centaines d’annonces passées au crible

La CLCV (Consommation, logement et cadre de vie) est une association nationale qui défend exclusivement les intérêts spécifiques des consommateurs et des usagers. Après avoir étudié environ 650 petites annonces de professionnels et de particuliers publiées sur cinq sites internet différents (Se Loger , Fnaim, Le bon coin, Pap, et Century 21), la CLCV a conclu dans une étude publiée ce mardi que 42% des loyers parisiens ne sont pas conformes à la loi ALUR : ils excèdent en moyenne de 146,51 euros/mois le montant maximum applicable, soit un surcoût de 1 758,12 euros/an pour le loueur.

Les petites surfaces davantage concernées

Ce sont surtout les petites surfaces qui sont concernées. A titre d’exemple, un studio situé dans le quartier de la Sorbonne peut être proposé avec un loyer augmenté de plus de 200 €/mois, soit une somme supplémentaire de 2 400 € à l’année. De même, les locations meublées sont davantage concernées par ces dépassements que les locations nues.

Le Bon Coin est-il si bon ?

Ce type de loyer abusif est beaucoup plus fréquent quand le logement est loué en direct : seules 47% des annonces sont conformes à la loi, contre 70% via un professionnel. Le taux d’annonces ne respectant pas la loi atteint donc les 30% parmi les annonces passées par les professionnels, et dépasse carrément les 50% sur un site comme Le bon coin (LeBonCoin.fr).

La CLCV conclut ainsi qu’il vaut mieux louer un logement nu assez grand dans le XXe arrondissement par l’intermédiaire d’une agence qu’un petit studio meublé dans le XVIe, géré directement par le bailleur…

Vous faites le buzz !

lebuzzdubiz

Author

lebuzzdubiz

Up Next

Related Posts

Discussion about this post